Radioactif world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Radioactif world

Message par Steph le Sam 23 Juil - 19:43



Va-t-on retrouver des matériaux de centrales nucléaires dans les voitures, les poussettes ou les routes? Depuis mai2009, les industriels ont le droit d'intégrer des substances faiblement radioactives dans les biens de consommation.

Un nouveau danger pour la santé? Oui, affirme tout net la Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité (Criirad). Elle demande l'abrogation d'un arrêté, daté du 5mai 2009, qui ouvre droit à dérogation au principe d'interdiction d'utiliser des matières radioactives dans des biens de consommations. «Mettre des substances radioactives dans des objets, c'est augmenter le risque de cancer et de transmission de maladies génétiques. Même s'il est faible, il s'agit de pathologies très graves», souligne Corinne Castanier, directrice.

«Le droit d'exposer le public?»

L'association est d'autant plus déterminée qu'elle s'est battue ardemment pour obtenir - en 2002 - l'interdiction de l'utilisation de matières radioactives dans des objets courants. Tel était le cas des aiguilles de montre ou de réveil mais aussi de paratonnerres ou de détecteurs d'incendie, toujours très présents. «L'enjeu est considérable. Vu l'âge des centrales, ce sont des millions de tonnes de gravats, de béton, de métal ou de matières plastiques qui sont à écouler du fait du démantèlement de ces installations. On comprend qu'un exploitant préfère se débarrasser de ces déchets plutôt que de payer pour leur stockage. Mais, pour satisfaire des raisons économiques, a-t-on le droit d'exposer tout le public?» s'insurge Corinne Castanier.

«Trop laxiste»

Certes, aucune dérogation n'est possible pour les jouets, bijoux, emballages d'eau et d'aliment et l'alimentation. «Mais, à terme, n'importe quel produit est susceptible de devenir radioactif. Il n'y a aucun suivi en cas de recyclage. Qu'est-ce qui garantit que les matières radioactives utilisées dans un moteur de tracteur ne se retrouveront pas dans un jouet, une fois qu'il sera passé à la fonderie pour réutilisation du métal? Il faut empêcher cet éparpillement dans le domaine public car on perd alors toute traçabilité et moyen de contrôle», affirme la Criirad. Pour autant, l'association ne se dit pas opposée à certaines dérogations, si elles se justifient - par exemple dans le cas de pacemaker pour remplacer les piles, à durée de vie limitée - ou s'il n'y a pas d'autre solution: «Mais pas avec un texte aussi laxiste. Il faut qu'il y ait des conditions strictes et l'obligation d'informer le consommateur».

L'ASN dit non

Quoi qu'il en soit, la Criirad a déposé un recours en annulation devant le Conseil d'État, en juillet. Des lettres ouvertes ont également été envoyées aux ministres de la Santé, de l'Écologie, de l'Économie et du Logement. Une campagne de courrier a été également été lancée; plus de 6.000 lettres ont été adressées aux ministères. «Si rien ne bouge, on amplifiera la mobilisation par une pétition et on ira jusqu'au bout, comme il y a sept ans», avertit la Criirad. Une Criirad qui estime son combat d'autant plus légitime que l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire, a donné, le 19novembre 2008, un avis négatif, estimant que ce projet d'arrêté «tendait à banaliser la délivrance de dérogations».

Source : Le Télégramme http://www.letelegramme.com/ig/generales/fait-du-jour/nucleaire-le-recyclage-en-question-reagissez-02-02-2010-764753.php?xtmc=nucl%C3%A9aire&xtcr=5
avatar
Steph

Messages : 223
Date d'inscription : 05/07/2011
Localisation : Mars

http://www.netvibes.com/la_marmotte

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum